Inscription Newsletter

captcha 

Historique

Bref Historique et Motivations

historiqueL’activité du Laboratoire de Physique et Chimie Marines (LPCM, qui fait maintenant partie du Laboratoire d’Océanogaphie de Villefranche, LOV) en ce qui concerne la télédétection de la couleur de l’océan remonte à plus de 30 ans (« Analysis of variations in ocean color », Morel et Prieur, 1977, Limnol. & Oceanogr. 22, 709-722 ; plus de 800 citations à ce jour) ; en fait, cette activité a débuté avant le lancement du premier satellite couleur de l'océan. La coopération entre LOV et ACRI remonte, elle, à près de 20 ans.

Conformément à leurs vocations respectives, l’équipe universitaire a effectué la recherche théorique fondamentale, en amont des applications pratiques. Ces dernières font partie du domaine d’action de la Société ACRI-ST, qui possède les outils informatiques et le savoir-faire numérique indispensables dans le domaine du traitement des abondantes données satellitales.

La passation de contrats avec les Agences spatiales, puis la coordination internationale des activités prévues par ces contrats furent essentiellement du ressort de ACRI-ST. La plupart de ces activités furent commanditées par l’ESA (Agence Spatiale Européenne) ; elles impliquèrent, outre le LPCM, des laboratoires ou organismes étrangers (GKSS en Allemagne, PML en Angleterre, JRC à Ispra…); d’autres le furent par le CNES ou la Région PACA et restèrent plus nationales. Pour citer quelques exemples majeurs de coopérations institutionnalisées par des contrats (contrat Agence Spatiale ? ACRI, puis sous-contrats ACRI ? labos, comme le LPCM) :

- Etudes préliminaires de faisabilité (1990-1995) de l’expérience MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer, capteur « couleur de l’océan » à embarquer sur ENVISAT de l’ESA (lancement effectué en 2002).

- Création (1995) auprès de l’ESA de l’ESL (Expert Support Laboratories, titulaire ACRI-ST chargé de définir les produits attendus du capteur « couleur de l’océan » de MERIS et spécifier les algorithmes à utiliser (corrections atmosphériques, algorithmes « chlorophylle » et autres composants)

- Préparation de la documentation officielle afférente à MERIS (ATBD, algorithm theoretical basis document) ; préparation des tables d’interpolation (corrections atmosphériques, effet des aérosols, de la bidirectionalité…)

- Objet d’un contrat entre le CNES et ACRI-ST, une étude portant sur la climatologie des zones océaniques oligotrophes (ClimZoo) a été menée (1999-2001) en support à l’étalonnage de POLDER et de futurs capteurs sur des cibles océaniques radiométriquement « stables ».

- Travaux récurrents et réunions périodiques organisées par ACRI-ST pour le compte du « Quality Working Group » de MERIS. Ceux–ci impliquent, entre autres, la prise en compte des données de calibration/validation obtenues de façon permanente par la bouée « BOUSSOLE » mouillée depuis 2001, par 2400 m de fond au large (50km) de Villefranche et portant les capteurs optiques ad hoc.

- Cette bouée elle-même, dans sa conception, les essais sur maquette, puis sa réalisation, a largement fait appel aux capacités d’ACRI-IN en matière de mécanique des fluides et de résistance des matériaux; BOUSSOLE est le résultat d’une action conjointe du CNRS-INSU, de l’ESA, du CNES, et de la NASA.

- Une action récente de grande envergure (« GlobColour ») initiée par l’ESA et destinée à la communauté scientifique et aux instances internationales, a consisté à « fusionner » sur une période de 10 ans la totalité des données obtenues par les 3 capteurs « couleur de l’océan », SeaWiFS et MODIS de la NASA, MERIS de l’ESA. Cette opération, menée par ACRI-ST, a impliqué le LOV à divers stades de contrôle et de développement de produits nouveaux.

Pendant les 10 dernières années de coopération, un co-financement de la part de ACRI-ST a permis l’exécution de thèses effectuées en co-tutelle et, sporadiquement, la mise en place d’ aides techniques au sein du LOV.

Please publish modules in offcanvas position.